26 jun 2019

Belgische media over Rusland en de Raad van Europa

Wat doet de Raad met de Russen?

Pagina 4
* De Standaard/West-Vlaanderen, De Standaard/Oost-Vlaanderen, De Standaard/Antwerpen, De Standaard/Vlaams-Brabant/Brussel, De Standaard/Limburg
Vandaag beslist de Raad van Europa of Rusland weer mag meestemmen. Nadien staat de stemming over de nieuwe secretaris-generaal op de agenda.

Van onze redactrice Corry Hancké

BrusselVanavond weet ­Didier Reynders (MR) of hij de nieuwe secretaris-generaal van de Raad van Europa wordt, wanneer de parlementaire assemblee over zijn kandidatuur heeft gestemd. In principe bestaat die assemblee uit 324 vertegenwoordigers uit 47 lidstaten, maar sinds 2014 mogen de 18 Russen niet meer meestemmen. De Raad van Europa, die de democratie, de rechtsstaat en de mensenrechten in Europa wil veiligstellen, trok het stemrecht van de Russen in, nadat Rusland het Oekraïense schiereiland geannexeerd had.

Vier jaar later laat de Raad van Europa zijn principiële houding varen en kunnen de Russische vertegenwoordigers misschien meebeslissen over de internationale loopbaan van onze minister van Buitenlandse Zaken. Gisteravond werd in Straatsburg, de plek waar de parlementaire assemblee van de Raad van Europa samenkomt, zwaar gediscussieerd over het stemrecht voor de Russen.

Rechten van de Mens

Oekraïne vindt het onaanvaardbaar dat de Raad van Europa zijn standpunt versoepelt omdat er sinds de annexatie van het schiereiland Krim niets is veranderd. De Oekraïners wijzen erop dat sommige Russische afgevaardigden op de EU-sanctielijst staan, die na de annexatie werd opgesteld. Bovendien zijn de Russen aangeduid door de Doema, waarin ook politici zetelen die uit de geannexeerde gebieden afkomstig zijn. De misnoegdheid bij de Oekraïners wordt gedeeld door de Georgiërs en enkele andere landen die vroeger onder de invloedssfeer van Moskou vielen.

Maar Frankrijk en Duitsland willen Rusland weer als een volwaardig lid van de Raad van Europa behandelen. Tijdens een bijeenkomst in Helsinki in mei heeft de Duitse minister van Buitenlandse Zaken Heiko Maas daarover met zijn Russische collega Sergej Lavrov gepraat.

Er moest iets gebeuren: sinds 2017 betaalt Rusland zijn financiële bijdrage niet meer en het liep daardoor het risico om helemaal uit de organisatie te worden gezet. Dat zou, volgens Maas, betekenen dat de Russische burgers niet langer zouden kunnen aankloppen bij het Europees Hof voor de Rechten van de Mens, dat nu zeer veel zaken uit Rusland behandelt.

Maas zei wel dat de volwaardige terugkomst van Rusland naar de Raad van Europa aan voorwaarden is gebonden. 'Het was een doodlopende straat geworden, waarin niks meer bewoog', zegt Petra De Sutter, die voor Groen in de parlementaire assemblee zetelt. Zij heeft een rapport opgesteld waarin verschillende scenario's zijn uitgetekend, gaande van 'de Russische vertegenwoordigers worden weer toegelaten, ze krijgen stemrecht en Rusland moet tegen oktober aan enkele belangrijke voorwaarden voldoen' tot 'we wachten tot oktober om te zien of Rusland aan de opgelegde voorwaarden voldoet en dan pas geven we stemrecht'.

Onderschat Rusland niet

Een andere commissie boog zich over de vraag of Rusland überhaupt wel voldoet aan de ­basis­voorwaarden die aan een lidstaat van de Raad van Europa worden gesteld. 'Het is volstrekt onjuist om te beweren dat de Raad van Europa de deur voor Rusland zomaar weer heeft opengezet', zegt De Sutter aan de telefoon vanuit Straatsburg. 'Wij hebben ze op een kier gezet. Nu is het aan de Russen om te tonen dat ze het goed menen met de werking van de Raad.'

Maar professor Katlijn Malfliet, Ruslandspecialiste, zegt dat Rusland zich nooit zal schikken naar de spelregels van de Raad van Europa. Volgens haar doet het land er alles aan om de internationale organisatie te ondermijnen.

De stelling van de Duitse minister van Buitenlandse Zaken dat het Europees Hof van de Rechten van de Mens de Russen kan beschermen, lacht de Ruslanddeskundige weg. Ze haalt enkele juridische zaken aan waarin Rusland heeft gezegd dat het de arresten van het Hof niet wil naleven als ze tegen de Russische grondwet indruisen. 'Men onderschat Rusland. De redenering dat een “buitengesloten” Rusland een “gevaarlijk Rusland” is, werd ook gebruikt om de Russen bij de Raad van Europa te nemen. Na al wat er gebeurd is, maken we dezelfde fout', zegt Malfliet.

Didier Reynders

Morgen in de namiddag wordt gestemd over de vraag of de Russen weer als volwaardige parlementsleden mogen meestemmen. Daarna buigt de assemblee zich - met of zonder Russen - over de benoeming van de nieuwe secretaris-generaal. Didier Reynders, die de laatste dagen campagne voert in Straatsburg voor zijn kandidatuur, zal waarschijnlijk ook met de Russen gepraat hebben. Misschien hangt het wel van hen af of hij de nieuwe secretaris-generaal van de Raad van Europa wordt.

Copyright © 2019 Mediahuis. Alle rechten voorbehouden

Reynders moet tot laatst nagelbijten voor topjob

Pagina 6
De topjob bij de Raad van Europa is nog niet binnen voor Didier Reynders. Zeker nu het onduidelijk is of Rusland van het strafbankje mag en mee over Reynders' lot mag beslissen.

De parlementaire vergadering van de Raad van Europa stemt vanavond over wie de nieuwe nummer een van de mensenrechtenwaakhond wordt. De strijd gaat tussen Reynders en de Kroatische minister van Buitenlandse Zaken Marija Pejcinovic Buric.

De stemming wordt overschaduwd door de Russische kwestie. De Russen kregen maandagavond na een stemming in het parlement hun verloren stemrecht terug. Dat gebeurde op basis van een rapport van het Belgische parlementslid Petra De Sutter (Groen). De terugkeer van Rusland past in een hervorming van het sanctiemechanisme tegen lidstaten die over de schreef gaan met de mensenrechten. De Sutter meent dat het beter is de Russen weer volledig aan boord te hijsen, met als stok achter de deur dat forser kan worden opgetreden als het land het weer te bont maakt.

Rusland verloor vijf jaar geleden zijn stemrecht in de parlementaire assemblee met 324 zitjes uit 47 lidstaten. Dat was een sanctie voor de annexatie van het Oekraïense schiereiland Krim. De Russen schrapten als tegenmaatregel hun bijdrage aan het orgaan, met een gat van 33 miljoen euro tot gevolg.

De Russische terugkeer zet kwaad bloed bij Oekraïne. Dat land heeft al zijn werkzaamheden bij de Raad van Europa opgeschort. Er is een procedureslag begonnen, waardoor de 18 Russische parlementsleden vandaag mogelijk toch niet kunnen meestemmen. 'Het parlement houdt waarschijnlijk pas in de vooravond de finale stemming over het al dan niet wederopnemen van de Russen. Daardoor is het onzeker of die nog voor de deadline over Reynders kunnen stemmen. Er zijn maneuvers bezig om te bereiken dat ze de deadline niet halen', stelt De Sutter.

Insiders stellen dat het nek aan nek gaat tussen Reynders en Buric, waardoor de onzekere Russische factor er de spanning in houdt. Reynders bleef gisteren druk lobbyen om de functie met een salaris van 300.000 euro binnen te halen. De parlementsleden in Straatsburg kiezen rechters bij het Europees mensenrechtenhof en schrijven rapporten over de toestand van de democratie, de rechtsstaat en de mensenrechten in de lidstaten.

Copyright © 2019 Mediafin. Alle rechten voorbehouden

Une nouvelle chance pour Moscou qui met Kiev en fureur

Pagina 6
* Le Soir Bruxelles, Le Soir Wallonie
Le retour des Russes au Conseil de l’Europe, défendu par la France et l’Allemagne, ne passe pas en Ukraine dont une partie du territoire est sous le contrôle de forces prorusses.

PHILIPPE DE BOECK

L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe - APCE - a voté, dans la nuit de lundi à mardi, un texte rendant possible le retour de plein droit de la Russie dans cette organisation internationale. Dans une résolution basée sur un rapport de la sénatrice belge Petra De Sutter (Groen), l’Assemblée a déclaré que la clarification de son règlement visait à « assurer le respect du droit et de l’obligation des États membres d’être représentés et de participer aux deux organes statutaires du Conseil de l’Europe ».

Les droits de vote de la Russie avaient été suspendus en 2014 et 2015 suite à l’annexion de la Crimée et le conflit en Ukraine. En octobre 2018, la Russie avait menacé de quitter définitivement l’organisation si un projet de réforme du règlement de l’Assemblée parlementaire ne lui était pas favorable. Le projet initial avait été retiré et c’est une nouvelle mouture qui a été soumise au vote ce lundi. Sur les 324 votants, 65 ont voté contre dont les 8 représentants ukrainiens. En signe de protestation, l’Ukraine a annoncé dans la foulée qu’elle suspendait sa participation aux travaux de l’Assemblée (lire par ailleurs).

« C’est un pari »

Cette réintégration en cours d’année permet à la Russie de participer mercredi à l’élection du secrétaire général de l’organisation paneuropéenne de défense des droits de l’Homme. Sans attendre l’issue du vote, la Russie avait annoncé lundi qu’elle enverrait une délégation de 18 représentants à Strasbourg (dont quatre font l’objet de sanctions de la part de l’UE). Ceux-ci sont arrivés mardi et voteront mercredi. Reste à voir s’ils appuieront plutôt la candidature belge (Didier Reynders) ou la candidature croate (Marija Buric).

Pour Dominique Moïsi, géopolitologue à l’Institut français des Relations internationales (Ifri), la réintégration de la Russie est une bonne nouvelle pour les droits de l’homme mais elle est à prendre avec des pincettes : « Cela traduit le fait que la Russie et l’Europe cherchent à retrouver les voies du dialogue. Avec l’idée en Europe, qu’il faut peut-être donner quelque chose de clair à Poutine… Et puis prier pour qu’il donne quelque chose en retour. »

Comme quoi, par exemple ? « La suspension des cyberattaques ou la suspension de sa propagande négative, de ses encouragements au populisme à travers Russia Today ou Spoutnik . C’est un pari », poursuit Dominique Moïsi. « Et c’est un pari qui correspond à une pensée stratégique qui consiste à dire que l’Europe compte très peu dans la rivalité USA-Chine. La Russie aussi. Peut-être que la Russie devrait redevenir européenne et se rendre compte, à terme, que la seule menace pour elle vient de l’est et pas de l’ouest. »

Parce qu’il y a toujours le délicat dossier de l’annexion par la force de la Crimée et la guerre dans le Donbass avec des séparatistes soutenus par Moscou. « C’est un geste significatif, même si la Russie ne mérite en rien son retour au Conseil de l’Europe. En même temps, il y a cette idée de lui donner une nouvelle chance… », précise Dominique Moïsi.

Il ne fallait pas couper le dernier pont, c’est ça la logique ? « La diplomatie française a beaucoup poussé en ce sens », explique le géopolitologue de l’Ifri. « C’est une bonne chose pour peu qu’on ne devienne pas, par notre silence, complice des actions russes les plus inacceptables. »

Il ne faudrait pas qu’après ce geste, Poutine s’en prenne encore une fois aux Européens… « On vient de faire preuve d’ouverture mais il faut aussi faire preuve de lucidité et de fermeté. »

Une première brèche

dans les sanctions ?

L’Assemblée parlementaire ou APCE est l’un des organes du Conseil de l’Europe qui rassemble des délégations d’élus des 47 Etats membres. Elle n’a pas de pouvoir contraignant mais émet des recommandations ou demande des comptes aux gouvernements sur les droits de l’homme ou la démocratie.

Depuis 2014, elle était aussi une scène délocalisée du conflit entre la Russie et l’Ukraine.

Voulant la garantie de ne plus être sanctionnée, la Russie a menacé de quitter purement et simplement l’organisation, ce qui aurait été une première et aurait privé les citoyens russes de tout recours auprès de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), le bras juridique du Conseil de l’Europe.

Une situation extrême que la majorité des pays ont voulu éviter, même si d’autres comme l’Ukraine, soutenue par les pays baltes et le Royaume-Uni, estiment que la réouverture de la porte aux Russes est comparable à une première brèche dans les sanctions occidentales imposées à Moscou pour avoir annexé la Crimée.

Copyright © 2019 Rossel & Cie. Alle rechten voorbehouden

Les Russes reviennent en vainqueurs à Strasbourg

Pagina 16
* La Libre Belgique édition nationale, La Libre Belgique Liège, La Libre Belgique Hainaut, La Libre Belgique Brabant Wallon, La Libre Belgique Bruxelles
Véronique Leblanc Correspondante à Strasbourg Absents de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe depuis cinq ans, les Russes y ont fait un retour remarqué mardi matin. Ils étaient dix-huit, désignés par la Douma et emmenés tambour battant par leur chef de file, Piotr Tolstoy. Au grand dam de Kiev. Après ...

Véronique Leblanc Correspondante à Strasbourg

Absents de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe depuis cinq ans, les Russes y ont fait un retour remarqué mardi matin. Ils étaient dix-huit, désignés par la Douma et emmenés tambour battant par leur chef de file, Piotr Tolstoy. Au grand dam de Kiev.

Après le vote marathon d’une résolution rédigée sous l’égide de la Belge Petra De Sutter et adoptée au terme de 9 heures de débat houleux, une issue semblait donc avoir été trouvée : grâce à une dérogation, les Russes allaient pouvoir présenter les pouvoirs d’une nouvelle délégation ce mardi et participer à l’élection du nouveau secrétaire général du Conseil de l’Europe ce mercredi. Sans compter qu’ils pouvaient se réjouir de la mise en chantier d’un nouveau règlement de l’assemblée excluant que celle-ci puisse, de sa seule initiative, suspendre les droits de vote d’une délégation nationale.

C’est en effet cette sanction votée en avril 2014, après l’annexion de la Crimée, qui avait motivé le départ fracassant des Russes, suivi d’une pesante politique de la chaise vide et d’une suspension de la participation de Moscou au budget du Conseil de l’Europe à partir de 2017. Manque à gagner à ce jour : environ 75 millions d’euros, intérêts compris.

Sauf que…

La page allait enfin être tournée, pensait-on… Sauf qu’à ce stade, rien n’est encore acquis. “Nous avons ouvert la porte aux Russes mais nous ne leur avons pas déroulé le tapis rouge” , commentait Petra De Sutter mardi midi, après une séance où les pouvoirs de la délégation russe ont été âprement contestés par Nino Goguadze, élue conservatrice géorgienne, et par l’Ukrainien Volodymyr Ariev, membre du Parti populaire européen. La première a pointé l’annexion de la Crimée, “l’occupation de l’Abkhazie et de la Géorgie” , “l’épuration ethnique” , le nombre croissant de prisonniers ukrainiens. Le second a dénoncé la composition de la délégation russe, où figurent quatre députés de la Douma cités sur la liste noire de l’Union européenne. Qui plus est, l’un de ceux-ci, Leonid Slutzkiy, a été proposé par les Russes à la vice-présidence de l’assemblée.

“Cette contestation est justifiée” , réagit Petra De Sutter. Pour elle, il s’agit-là d’une “provocation” lancée par des Russes “qui sont arrivés en vainqueurs” mardi matin. “Il faut sortir de l’impasse , concède-t-elle, et je m’y suis employée à la tête de la commission du Règlement, mais nous n’accepterons pas tout dans cette bataille des opinions publiques russe et ukrainienne. Selon moi, il faudra que la composition de la délégation soit modifiée pour que les pouvoirs soient validés.”

Pour l’heure, l’affaire a été renvoyée en commission de Suivi avec avis de la commission du Règlement. À charge pour elles de remettre deux rapports qui seront débattus mercredi après-midi, c’est-à-dire le jour même de l’élection du secrétaire général prévue toute la journée avec proclamation des résultats vers 20 heures.

Un mercredi sous tension

Le suspense sera donc total. Qui, du Belge Didier Reynders ou de la Croate Marija Pejcinovic Buric, prendra les manettes du Conseil de l’Europe pour les cinq ans à venir? Les Russes seront-ils autorisés à siéger à nouveau dans l’hémicycle de l’Assemblée parlementaire et à participer aux votes? Et si c’est le cas, comment réagiront les délégations ukrainienne et géorgienne? Vont-elles à leur tour claquer la porte pour des mois, voire des années?

Une séance marathon

Ces délégations sont à vif, comme on a pu le voir lors des débats et du vote sur le rapport De Sutter, qui se sont tenus lundi pendant neuf heures, jusqu’à près d’une heure du matin. Pas moins de 226amendements avaient été déposés par la délégation ukrainienne rejointe par ses alliés de Géorgie, des pays baltes et du Royaume-Uni, afin de ralentir un processus qu’on savait imparable.

Las… 225 amemendements ont été rejetés avant un vote final emporté par 118 voix contre 62 et dixabstentions. Solidement ficelée et soutenue par un hémicycle qui voulait sortir de la crise russe, la résolution a tenu bon. Au grand dam des Ukrainiens.

“J’ai honte de ce qui se passe ici, j’ai honte de vous tous, je ne reviendrai plus” , s’est exclamé le député Oleh Liashko avant de quitter la salle. “Pour nous, ce qui se passe ici est une tragédie” , a quant à lui déclaré Oleksiy Honcharenko, fer de lance de la résistance ukrainienne à un retour des Russes qu’il assimile à une abdication pure et simple du Conseil de l’Europe. Une crispation que regrette Petra De Sutter. “Les sanctions n’ont rien donné, on le voit bien au bout de cinq ans” , dit-elle. “Il faut sortir de la crise, renouer le dialogue.” Mais pas à n’importe quel prix.

Des activistes manifestent devant les ambassades de pays membres du Conseil de l’Europe (ici l’ambassade d’Allemagne) à Kiev pour protester contre le retour de la délégation russe au sein de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

Copyright © 2019 IPM. Alle rechten voorbehouden

Reacties

Vennligst sjekk din e-post og klikk på lenken for å bekrefte din nye e-postadresse.